PSYCHOLOGY

ME AND MY THERAPIST

February 19, 2016
Me and my therapist, accept

Drop the prejudice we should all be so lucky.

The idea of the perfect woman is a rather appealing one I will admit, for that fact alone the very notion of seeing a therapist didn’t quite compute with me. Why would I possibly need help? And that’s precisely where my internal debate on the matter was put to bed, because seeking an external source of support and guidance was simply NOT something I would do. First off that would require accepting that I couldn’t handle my own shit and the idea that Iwas not perfect simply was not one I was willing to acknowledge. This isn’t about self-indulgence or an overly inflated ego; actually it has nothing to do with either and much to do with what I believe we as women DO. We are jugglers!

Let me digress. We are strong, intelligent, charismatic, enigmatic and a lot of other fancy words combined into ONE person. We are friends, lovers, mothers, daughters, hard workers, bakers, confidents, ball busters, event planners, avid cookers and gym goers. We do the downward dog (or at least attempt to), we meditate and keep up to date with current affairs. We are knowledgeable, literate and otherwise always perfectly groomed. We remember the little things – the good luck notes tucked in his shirt for when he travels, the flowers for our girlfriends engagement, the postcard to parents because receiving mail is a dying art form, the perfect weekend brunch and his favourite whiskey always nearby for when he’s had a tough day. We never miss a phone call and we try despite our ever-busy schedule to always make time for everything and everyone. So if we can do it all why the shrink?

And that’s where I got it ALL wrong. Yes women rule the world, not because men are useless which in some cases I’m sorry to say they are, but the truth is women rule because we know when to lean on each other. No woman is an island and despite the current misconception that we must do it all, well it’s perfectly okay to admit that once in a while we need some external advice. But I still wasn’t sold – what would we possibly talk about? It seemed rather indulgent to pay someone to listen to me whine, and in the words of Carrie Bradshaw isn’t that what my friends were for? However what I discovered was that sometimes some episodes in life could use with a little outsourcing.

So after careful evaluation of my current situation where I had clearly lost my grasp on a balanced life I agreed that I would see what a therapist could do for me. Sort of like going window-shopping, you aren’t sure if you want to commit to buying anything yet, but trying it on won’t hurt. And so that’s precisely what I did. I shopped around, did some recon work and found myself a therapist that I hoped would suit “me”. Because trust me after having tried and tested, finding the right shrink is equivalent to finding that perfect pair of jeans – it’s not always easy, often painful, uncomfortable and at times disheartening, but in the end completely worth it.

What I discovered was that in the NO judgement neutral zone of my therapist office the only judgement that resounded was my own. I knew I was my worst critique but the extent of it baffled me. Week after week I revealed new ways in which I set myself up for disappointment and sabotage, how my perfectionist streak affected my relationships and professional life, and how ultimately my current state of exhaustion wasn’t merely due to a lack of sleep but rather, lucky me, a burn out. How god damn trendy!

Once you become aware of your behavioural footprint it becomes increasingly impossible not to notice the pattern. This amount of self-awareness is daunting at first, then torments you and little by little you begin to work with it. You learn to adapt and modify your thinking, allowing you to make informed decisions on what suits you, which as a modern woman I’d say that’s what we all strive for, informed chaos. All jokes aside, dropping my preconceived ideas on all the aspects of my life that I felt up until now I should be managing, I am learning to slowly give myself a break. Not that it’s always easy – they don’t call it a behavioral pattern for nothing, but the sheer awareness of it all is liberating.

So why was I still unable to admit that I was seeing a therapist? Sure my family knew, my boyfriend and closest friends did, but if asked I still couldn’t quite acknowledge that I was THAT girl. When my co-workers wondered where I was off to on a weekly basis I simply responded “an appointment” or less elusively “the doctors”, to which they either thought I was extremely sought after or had a really bad case of UTI (otherwise known as a urinary tract infection). In either case, why could I simply not respond with the truth? Yes I see a shrink. And no I’m not completely crazy, yet.

You see I believe New York to be one of the greatest cities in the world and with that fact comes the whole Woody Allen state of mind (pardon the cliché). New Yorkers are not all narcissists but by and large it is a somewhat common concept to have a therapist. If anything, it’s something that marries itself well with a black cup of coffee and their ever evolved sense of sarcasm. But for the somewhat elitist European point of view where we like our Nespresso and nothing else, shrinks aren’t as highly regarded or at the very least openly talked about. Why the taboo? Should I feel ashamed for my now monthly appointment? Who is at a loss? Because it isn’t all crazy people and sociopaths who seek their counselling. Actually its people like you and me in need of a little perspective. So this is where I decided to drop the prejudice – I have a therapist, the truth is out.

If anything the last six months have shown me that I’m more resilient than I give myself credit for, yes I actually pay for someone to tell me off and call me on my bullshit, and no she doesn’t tell me I’m brilliant when I’m not. She asks all the uncomfortable questions I usually avoid, points out the big yellow elephant in the room giving him a pedestal with which to torment me and forces me to take responsibility for not just my actions but my every thought. She thankfully shares my humour in all manners of pathetic circumstances and has enabled a new sense of assertiveness. “I don’t know” is NOT an answer she tolerates and when I leave I usually have homework to do. But throughout this journey I have come to one certainty, being more aware of oneself can only be beneficial.

So if you were ever on the fence I say give it a go. Think of it as a cleanse, heck if you’re willing to drink all manners of green juices then you can surely do this. It’s like a personal trainer for your mind, no crunches or squats required; and until my next appointment my homework is done – I have a therapist and I’m proud.

Ambar x

Laissez tomber les préjugés, nous devrions être fières.

 

L’idée de la femme parfaite est assez séduisant je dois avouer, pour le seul fait que la notion même de consulter un psy ne me semblait pas correcte. Pourquoi aurais-je besoin d’aide ?

Et c’est précisément là que mon débat interne sur ce sujet a pris fin, parce que rechercher une source externe d’aide et de conseils n’était simplement PAS quelque chose que je ferais. Premièrement cela demanderait que j’accepte le fait que je n’arriverais pas à gérer mon propre choas et ainsi me pousser à réaliser que je n’étais pas parfaite était simplement quelque chose que je n’étais pas prête à accepter.

Ca n’avait rien à voir avec l’indulgence ou un ego démesuré ; en fait ca n’a rien a voir avec aucun des deux mais davantage avec mon idée de ce que nous les femmes FAISONS. Nous sommes des jongleuses !

Permettez-moi de faire une brève digression. Nous sommes fortes, intelligentes, charismatiques, énigmatiques, et plein d’autres mots précieux combinés en UNE seule personne. Nous sommes des amies, des amants, des mamans, des filles, des travailleuses, des pâtissières, des confidentes, des casseuses de couilles, des organisatrices, des cuisinières avides et des abonnées à la gym. Nous faisons la position du chien renversé (ou du moins nous essayons), nous méditons et restons à jour avec les affaires en cours. Nous sommes instruites, littéraires et la plus part du temps parfaitement soignées. Nous nous rappelons des petites choses – les mots de bonne chance dans son T-shirt lorsqu’il voyage, les fleurs pour les fiançailles de nos copines, la carte postale à nos parents car recevoir un email est une forme d’art en perdition, le parfait brunch le weekend et son Whiskey favoris toujours prêt au retour de ses journées difficiles. Nous ne ratons jamais un coup de fil et malgré notre emploi du temps chargé nous trouvons toujours du temps pour tout et tout le monde.

 

Alors si nous pouvons faire tout ca, pourquoi un psy ? Et c’est la que j’ai TOUT faux ! Oui les femmes dirigent le monde, non pas parce que les hommes sont inutiles même si je suis désolée parfois il le sont, mais parce que la vérité est que les femmes dirigent car nous savons quand nous appuyer les uns les autres.

Aucune femme n’est une île, et malgré la fausse idée véhiculée que nous devons tout faire, et bien il est parfaitement ok d’admettre que de temps en temps on a besoin d’un peu d’aide.

Mais pourtant je n’étais pas encore persuadée… De quoi parlerons-nous ? Il semblait assez inutile de payer quelqu’un pour m’écouter pleurnicher, et selon les mots de Carrie Bradshaw n’était-ce pas ce que mes amis étaient sensées faire ?

 

Peut importe, ce que j’ai découvert c’est que à certains épisodes de vie, il peut s’avérer utile d’avoir un point de vue extérieur. Alors après une délicate évaluation de ma situation actuelle qui indiquait clairement que j’avais perdu pied, j’ai accepté d’aller voir un psy. Un peu comme faire du lèche vitrine, vous n’êtes pas sur de vouloir acheter quelque chose, mais essayer ne vous fera pas de mal.

Ainsi j’ai fais mes recherches et j’ai trouvé un psy qui j’espérais « me » conviendrait. Croyez moi après avoir recherché et essayé, trouvé le bon psy est un peu comme trouver le bon jeans – pas toujours facile, souvent douloureux, inconfortable et parfois décourageant, mais à la fin ca en vaut la peine.

 

Dans la zone neutre du cabinet de mon psy, le seul jugement était celui que je portais à moi même. Je savais que j’étais ma pire critique, mais tant de dureté m’a déconcerté. Semaines après semaines j’ai découvert de quelle façon je me suis exposée à la déception et au sabotage, comment mon perfectionnisme affectait mes relations et ma vie professionnelle, et comment mon état d’épuisement extrême n’était pas du à un manque de sommeil, mais à un burnout. Apparemment c’est tendance !

 

Une fois que l’on se rend compte de notre emprunte comportementale il devient impossible d’en ignorer le motif. On apprend à s’adapter et à modifier notre pensée, ce qui nous permet de prendre des décisions réfléchies sur ce qui nous convient, ce qui en tant que femme moderne nous permet d’avancer, le choas informé. Blague à part, laisser tomber mes idées préconçues devrait être faisable, et j’apprend à me donner du temps et plus de tolérance.

 

Alors pourquoi étais-je toujours incapable d’admettre que je voyais un psy ? Evidemment ma famille le savait, mon copain et mes amis proches aussi, mais si on me demandait je ne pouvais pas toujours pas accepter d’être CE genre de fille.

Lorsque mes collègues me questionnaient sur mes absence du bureau, je répondais simplement « un rendez-vous » ou moins vaguement « chez le docteur », ce qui les poussaient à croire que j’étais soit extrêmement demandée soit que j’avais une mauvaise infection urinaire. Dans tout les cas, pourquoi ne pouvais-je pas simplement répondre avec la vérité ? Oui je vois un psy. Et non je ne suis pas (encore) complètement folle.

 

Vous voyez je pense que New-York est une des meilleures villes au monde, et avec ca vient tout l’état d’esprit de Woody Allen (pardonnez-moi le cliché). Les New-Yorkais ne sont pas tous narcissiques, mais là bas voir un psy est un concept normal et accepté. C’est quelque chose qui se marrie bien avec leur tasse de café noir et leur sensé du sarcasme évolué. Mais du point de vue élitiste Européen où l’on aime que notre Nespresso et rien d’autre, les psy ne sont pas aussi considérés et populaires. Pourquoi ce tabou ? Devrais-je avoir honte de consulter chaque mois ? Qui est le perdant ?

 

Ce ne sont certainement pas que les fous et les sociopathes qui recherchent leurs conseils. Ce sont des gens comme vous et moi dans le besoin d’un peu de recul. C’est donc la que j’ai décidé de laisser tomber les préjugés – la vérité est dévoilée, je vois un psy.

 

Si j’ai appris quelque chose ces derniers six mois c’est que je suis plus résistante que ce que je pensais, oui je paie quelqu’un pour qu’il me dise et me fasse remarquer mes problèmes, et non elle ne me dit pas que je suis brillante quand je ne le suis pas. Elle me pose toutes ces questions inconfortables que j’essaie d’éviter, me forçant à prendre mes responsabilités pas seulement pour mes actions mais aussi pour chacune de mes pensées. Elle partage mon humour dans toute circonstance pathétique, et m’a permis un nouveau type de confiance en moi. «  Je ne sais pas » n’est pas une réponse qu’elle tolère, et quand je repars j’ai souvent des devoirs à faire. Pendant cette aventure j’ai appris une certitude, prendre d’avantage confiance ne peut être que bénéfique.

Donc si vous êtes face à des barrières, allez-y, tentez l’expérience. Voyez-le comme une détox, si vous êtes capables d’ingérer toute sorte de jus verts alors vous pouvez certainement faire ca. C’est comme un personal trainer mais pour votre esprit, pas d’abdos ou de squat nécessaires ; et jusqu’à mon prochain rendez-vous, mes devoirs sont faites – J’ai un psy et j’en suis fière.

Ambar x

 

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply