LIFESTYLE PSYCHOLOGY

HELP I AM DATING MY PHONE

April 29, 2016
image1

Help I am dating my phone! A detox guide. Why my boyfriend thinks I’m glued to Instagram.

They say the first step to recovery is admitting you have a problem. Now I’m not saying I have one, nor am I denying a somewhat co-dependency to technology, but for the sake of this article let’s pretend I’m an addict.

At first glance I’m not much different to you’re typical working girl in her late twenties – I complain about my job at times, I’m constantly balancing healthy life choices and living in the moment, I’m mostly sleep deprived and for all of the above I have a phone in hand. In my opinion, my phone is my trusted sidekick. Batman and Robin out to save the day without the colourful spandex thankfully. However the only thing we accomplish is wasted time and some minor repetitive strain injuries from the constant scrolling.

Let me digress. Phones were invented to keep people connected; yet for a bunch of apes with 4G coverage we’re mostly still illiterate. Yes we “share” on social media but do we really communicate? God gave us opposable thumbs, Steve Jobs created the Iphone and the rest so to speak is history. With the creation of Facebook, Instagram, Snapchat and the likes, it’s difficult not to wonder where all our precious time goes. They say procrastination is the thief of time, a somewhat lacking commodity in today’s society; well in that case my phone is the devil himself.

It lures me with its beautiful display, it’s easy to use connectivity and the fact that with a simple tap of my not-so-perfectly manicured finger, I can reach out to just about anyone, anywhere, anyhow. And that’s a rather appealing concept. The world at your fingertip. Let’s be honest today’s mobile devices enable us to keep up to date with my friends and family across the world, we can read up on current affairs on the go (or so I keep telling myself) and when the mood strikes a little online shopping is never too difficult to access. But where I truly find my technological nirvana is on Instagram. It’s like a portable Pinterest keg of glory at my disposal 24/7.

I can spend hours scrolling through my newsfeed, I get into bed hoping for an early nights sleep so I can be fresh for that 8am meeting and before I know it BAM, like a car crash it’s 3 in the morning and I’m still glued to my mobile. And trust me no amounts of concealer will save me now. The irony, which isn’t lost on me, being that I’m currently on some fit girls account wondering how the hell she manages to wake up each day at 5am to squeeze in her sweaty workout BEFORE actually going to work. Now if I hadn’t spent the last 4 to 5 hours online maybe I would be up at the crack of dawn ready to #seizetheday. But none of us are perfect right? And I don’t have a phone addiction remember.

For the most part, as girls we don’t mind our hyper connectivity, we like that we can chat to our girlfriends at a moment’s notice whereas our male counterparts have a very different take on all this accessibility. Don’t be fooled men believe in scrolling through all kinds of apps of course but it’s all a question of time and place or so they tell me. The right time being when they’re alone in the bathroom and the wrong time being when you’re catching up over dinner or watching a movie. And this is where the predicament begins; my boyfriend hates my phone. He believes that I am incapable of watching a movie without it, which is partly true but also partly false, and honestly whoever watches a movie without any sort of connected device nearby. Hello shiny ipad.

To him, my Instagram scrolling is on level with my previous smoking habit – basically nauseating and unladylike. In his failed attempts to convert me, I’ve given up the cigarettes but NOT my phone, we laugh about my “problem”. He jokes about living in the present and the fact that I cannot go a day without checking my phone and the truth is I do it so absentmindedly that I even forget what I saw in the first place. It’s like having your work email connected to your home computer, you’re asking for trouble. If something were THAT awfully important someone would find a way to reach you and otherwise it can wait until tomorrow. But I hate watching my phone blink with unread messages, unresponded emails and unchecked feeds. I need to know what’s up, have my coffee, bake a cake, solve world peace, respond to my girlfriend on whatsapp, set a date on facetime and pretend I’m listening to my boyfriend rage on about my phone consumption – all the while smiling like he has a point.

But why can’t I apply the same logic of clean eating and detoxing regime to my phone routine? If anything it will do wonders for my eyes which have by now grown tired of squinting at the display, not to mention my bank account won’t mind the break from my usual roaming charges when abroad. So why is it so hard to admit that hey I’m human and yes I have a life! But like most toxic relationships, my phone is needy, possessive, time consuming and abusive. Like all bad habits it’s a question of reassessing priorities and coming up with a happy middle ground. One where I can still enjoy my social media presence without the junkie comparison my boyfriend keeps pin pointing.

Let’s see though, I am absolutely certain that were I to spend the entire weekend without a phone in hand but rather completely immersed in the present moment asking my boyfriend countless questions like a restless child he’d probably do one of two things: first run away from me which would be a little disheartening to say the least, or most likely hand me back my phone hoping the addiction restored I would return to my usual self. See? My phone keeps me balanced. Or so I keep telling myself.

But there is a certain balance to be found I am sure, one where we apply the same logic and discipline as with other elements of our lives but to our social media consumption. There is indeed a time and place for things and catching up over drinks or at dinner is not the moment to be scrolling through Instagram, no matter how lacking the conversation. What’s more, taking a picture of every meal you eat will most likely result in a cold plate of food; a real shame given my usual appetite. And finally, watching a movie with your boyfriend on the couch well maybe next time I can put my iPhone away and actually enjoy his company for a change, he really isn’t that dull I promise.

So here’s a test, when in a social setting I’ll allow myself the opportunity to enjoy my surroundings. Just as I wouldn’t break out into burpees and lunges during a date maybe the phone would be better kept in my handbag. What’s more, they say all things should be enjoyed in moderation and so how about if once a week instead of spending the night glued to my phone I actually spent that precious time reading one of the countless books gathering dust on my nightstand. No need to go cold turkey though, but for now let’s assume that social etiquette revisited I will borrow some tips from our male counterparts and focus on the present, keeping my phone binging for when I’m alone.

I promise to give it a go, or at very least I attempt to allow myself the opportunity to try. If you catch me unable to follow my own sage advice well… I’m only human. And like a lunatic pleading with the maddening crowd, I don’t have a phone addiction remember.

help I am dating my phone

Credit: Peden + Munk

Help I am dating my phone Help I am dating my phone Help I am dating my phone Help I am dating my phone Help I am dating my phone Help I am dating my phone Help I am dating my phone Help I am dating my phone Help I am dating my pHelp I am dating my phone Help I am dating my phone Help I am dating my phone Help I am dating my phone Help I am dating my phone Help I am dating my phone Help I am dating my phone Help I am dating my phone Help I am dating my phonehone

A l’aide, je sors avec mon portable – Un guide detox. Pourquoi mon mec pense que je suis collée à Instagram.

Ils disent que la première étape de récupération est d’admettre qu’on a un problème. Je ne prétends pas en avoir un, et je ne démens pas avoir une certaine co dépendance à la technologie, mais pour le bienfait de cet article feignons que je sois une “addict“.

Au premier abord je ne suis pas plus différente qu’une autre fille d’une vingtaine d’années dans la vie active ; Je me plains parfois de mon travail, j’essaye constamment de trouver un équilibre entre une vie saine et vivre le moment présent, je manque de sommeil et tout ca avec mon téléphone en main. Après tout, mon téléphone est mon compagnon de confiance, on forme un duo un peu comme Batman et Robin, tous deux prêts à sauver le monde, sans spandexs colorés dieu merci. Sauf que contrairement à eux, la seule chose que nous réussissons à accomplir si on peut l’appeler ca comme ca, c’est une perte de temps et des troubles musculosquelettiques causés par du défilement Instagram à répétition.

Permettez moi de faire une digression. Les téléphones furent inventés pour nous permettre de rester connecté ; cependant pour un tas de singes avec du réseau 4G, nous sommes pour la plupart encore analphabètes. Oui, on “share “ sur les réseaux sociaux, mais communiquons nous vraiment ? Dieu nous a donné des pouces opposables, Steve Jobs a créer l’Iphone et le reste c’est de l’histoire ancienne pour ainsi dire. Avec la création de Facebook, Instagram et Snapchat il est dur de ne pas se demander où passe tout notre temps précieux. On dit que procrastination est voleur de temps, une commodité qui manque certes dans la société d’aujourd’hui; ce qui fait de mon téléphone le diable en personne.

Il m’interpelle avec son bel affichage, sa connectivité facile à utiliser et le fait que, d’un simple click de mon pouce mal manucuré,  je puisse joindre tout le monde, n’ importe où, n’importe quand. C’est ce concept là qui m’est très attrayant. Le monde à son pouce. Soyons honnête les portables d’aujourd’hui nous permettent de rester en contact avec nos amis et notre famille partout dans le monde, on peut lire l’actualité sur le pouce et quand l’envie nous prend on peux même faire un peu de shopping online. Mais là où je trouve vraiment mon Nirvana technologique c’est dans Instagram. Un mini Pinterest portable à ma disposition 24h sur 24, 7 jours sur 7.

Je peux passer des heures à défiler mon newsfeed. Je me couche tôt dans l’espoir de rattraper mon manque de sommeil afin d’être belle est en forme pour mon meeting de 8h le lendemain mais avant que je m’en rende compte il est trois heures du matin et je suis toujours collé à mon tel.  Et croyez moi il n’y a aucune quantité d’anticernes qui puisse me sauver. L’ironie étant que je suis à cet instant précis entrain de “stalker“ le compte d’une fille canon me demandant comment elle fait à se lever à 5 h du matin tous les jours pour faire une séance de fitness avant d’aller au travail. Peut être que si je n’avais pas passer ces 5 dernières heures en ligne j’aurais pu moi aussi me lever à l’aube prête à #profiterdupresent.  Personne n’est parfait … et souvenez vous j’ai une addiction au portable.

Pour la majorité d’entre nous les filles, cette hyper connectivité ne nous dérange pas. On aime pouvoir dialoguer d’un instant à l’autre avec nos copines tandis que nos homologues masculins eux ne partagent pas du tout notre avis. Ne soyez pas dupe, les hommes aussi aiment le défilement sur tout types d’applications mais apparemment il y’a un temps et un endroit pour se genre de choses me disent-ils.  Le bon moment étant quand ils sont seuls dans la salle de bain et le mauvais moment étant lorsque vous êtes en train de diner ou regarder un film en couple. C’est la que la difficulté s’annonce ; mon copain déteste mon téléphone. Il pense que je suis incapable de regarder un film en entier sans mon téléphone, ce qui est en partie vrai mais aussi faux. Et honnêtement qui de nos jours regarde un film sans une sorte d’appareils connectés a proximité ? Salut bel Ipad.

Pour lui, mon défilement Instagram est au même niveau que mon ancienne habitude de fumer en gros vulgaire et nauséeux. Dans sa tentative échouée de me convertir, j’ai arrêter la cigarette mais pas le téléphone, on rit de mon “problème“. Il parle de vivre dans le présent et me charrie que je ne puisse pas passer une journée sans vérifier mon téléphone. Et la vérité c’est que je le fais tellement subconsciemment que j’oublie même ce que je viens de voir. C’est comme avoir ses emails de travails reliés a son ordi perso, c’est garantir des problèmes. Si c’était si important que ca, les gens trouveraient un moyen de vous joindre sinon c’est que ca peu attendre le lendemain. Le problème c’est que je déteste regarder mon téléphone s’encombrer de messages non lus, emails non répondus et des réseaux sociaux non vus. Je dois s’avoir ce qui se passe, boire mon café, faire un gâteau, résoudre la paix dans le monde, répondre a ma copine sur whatsapp, faire un date facetime avec mon copain et prétendre que je m’intéresse à la rage qu’il éprouve vis a vis de ma consommation téléphonique, tout ca avec le sourire bien évidement.

Pourquoi est-ce que je ne peux simplement pas adapter la même logique que j’utilise pour mon régime alimentaire à mon téléphone ? Si jamais ca ferait des merveilles a mes yeux qui eux fatiguent à force de froncer, sans mentionner mon compte bancaire qui lui serait ravi d’une pause des factures de roaming mensuelles. Pourquoi est-ce si dure d’admettre que je suis humaine et j’ai une vie. Comme beaucoup de relations toxiques, mon téléphone à besoin de beaucoup d’attention, il est possessif, requiert beaucoup de temps et d’abus. Et comme beaucoup de mauvaises habitudes c’est une question de revoir ses priorités et de trouver un équilibre. Un équilibre qui me permet de profiter des réseaux sociaux sans mériter le surnom de cyber junkie.

Cela reste à voir. Je suis certaine que si je devais passer un weekend sans mon téléphone dans la main mais plutôt complètement immergé dans le moment présent posant des centaines de questions à mon copain il ferait une des deux choses suivantes : partirait en courant ce qui serait pour moi assez décourageant, ou plus probablement il me rendrait mon téléphone en espérant que je replonge dans l’addiction immédiate. Vous voyez mon téléphone me permet de garder l’équilibre. Ou du moins c’est ce que je me dis.

Je suis sure qu’il y’a un équilibre à trouver, un où l’on peut appliquer la même logique qu’on utilise au quotidien avec d’autres éléments de notre vie mais avec la consommation de réseaux sociaux. Il y’a en effet un temps et un endroit pour tout et le diner n’est certes pas le moment de vérifier son instagram, peu importe le manque de conversation à table.  De plus prendre une photo de chaque plats que l’on mange ne fera rien d’autre que le laisser refroidir ; ce qui serait vraiment dommage considérant mon appétit. Et finalement, regarder un film avec votre petit ami.. Dorénavant je laisserai mon iphone dans une autre pièce afin de profiter de sa compagnie… qui par ailleurs et loin d’etre ennuyante je vous l’assure.

Alors voici un test, lorsque je serai dans une situation social je ne toucherai point mon téléphone est essayerai de profiter la situation. De la même manière que je ne ferai pas d’abdos, de fentes ou de burpies lors d’un date, mon téléphone aurait meilleur temps de rester dans mon sac. Comme chaque choses le téléphone doit être utiliser avec modération alors au lieu de passer la nuit collée a mon téléphone, pourquoi ne pas lire un des nombreux livres qui accumulent de la poussière sur ma table de chevet. Pour le moment pas besoin d’arrêter d’un coup, mais assumons que pour l’étiquette sociale j’emprunterais quelques conseils de nos homologues masculins et resterais concentrée sur le présent et conserverais mon addiction aux réseaux sociaux pour mes moments de solitudes.

Je vous promets d’essayer, ou du moins me donner l’opportunité de tenter l’expérience. Si il s’avère être impossible de suivre mes propres conseils ne le tenez pas contre moi .. Après tout je suis humaine. Comme une lunatique qui plaide son innocence devant une audience déchainée, n’oubliez pas, je n’ai point d’addiction.

Help I am dating my phone Help I am dating my phone Help I am dating my phone Help I am dating my phone Help I am dating my phone Help I am dating my phone Help I am dating my phone Help I am dating my phone Help I am dating my pHelp I am dating my phone Help I am dating my phone Help I am dating my phone Help I am dating my phone Help I am dating my phone Help I am dating my phone Help I am dating my phone Help I am dating my phone Help I am dating my phonehone

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply